By Hubert Lucot

En mars 2010, l'épouse d'Hubert Lucot (A.M.) fut déclarée atteinte d'un melanoma du pancréas.

Elle mourut à Auteuil, dans une unité de soins palliatifs, le nine août 2012.

Le 24 août, à Soulac-sur-Mer, Emmanuel Lucot, le fils d'A.M. et H.L., dissémina ses cendres dans l'Océan.

Du 1er septembre 2012 au 7 novembre 2013, Hubert Lucot a tenu un magazine de deuil qui, travaillé, est devenu un roman.

Show description

Read or Download Sonatines de deuil PDF

Similar Biography books

Coolidge

Amity Shlaes, writer of The Forgotten guy, provides an excellent and provocative reexamination of America’s 30th president, Calvin Coolidge, and the last decade of unheard of development that the state loved less than his management. during this riveting biography, Shlaes lines Coolidge’s inconceivable upward thrust from a tiny city in New England to a adolescence so unpopular he used to be close out of faculty fraternities at Amherst collage up via Massachusetts politics.

Louis van Gaal: The Biography

The 1st definitive insider biography of the recent Manchester United supervisor So who's Louis van Gaal? An rigid ex-PE instructor who simply is familiar with find out how to act like a dictator, or a football visionary that has made him one of many maximum ever ecu managers? anyplace he has long gone, van Gaal has been accused of being a domineering disciplinarian and a regulate freak.

Edmund Spenser: A Life

Edmund Spenser's cutting edge poetic works have a imperative position within the canon of English literature. but he's remembered as a morally unsuitable, self-interested sycophant; complicit in England's ruthless colonisation of eire; in Karl Marx's phrases, 'Elizabeth's arse-kissing poet'-- a guy at the make who aspired to be at court docket and who used to be ready to use the Irish to get what he sought after.

Additional info for Sonatines de deuil

Show sample text content

16h41 Me dirigeant vers l. a. voiture-bar, j’ai l’audace de lui adresser los angeles parole, alors que – je le constate avec du retard – elle donne au petit rat un beau sein blanc : � Pardonnez ma curiosité, quel âge a-t-il ? – Trois semaines. – C’est le premier ? – Oui. – Vous dites-vous parfois : “Est-ce que je fais ce qu’il faut faire ? ” ? – Tout le temps. » Vendredi 12 juillet, 7 h 40, à Coutras, au bord de los angeles Dronne, qui se jette dans l’Isle, celle-ci dans l. a. Dordogne. L’automobile de l’éditeur Didier Vergnaud, qui traite mes collages (livre, informatique, vidéo), me montrera ces rivières admirables encore sauvages. Depuis des années, je ne me suis pas levé dans le bonheur de l’éblouissant printemps mêlant le vert, le frais soleil et le chant des oiseaux. Dans ce � printemps » (cet idéal que m’offre los angeles nature), sense of right and wrong et inconscient logent A. M. jeune (elle l’était encore à 61 ans dans l. a. montagne qui surplombe le plat de Kyoto), et j’ai une imaginative and prescient géométrique du réel ; ma réflexion pose : équilibre. Ce matin, 54 ans et 3 mois après nos 2es noces à Villers-Cotterêts, j’aspire le suc de nos matins, un léger attempt me mène aux Gozzi en août 1958, au petit déjeuner dans los angeles tonnelle végétale du top-rated étage, aux miroitements dans l. a. vasque alimentée par une resource souterraine, nous nous y baignerons nus parmi les pierres taillées, les arbres, les treilles et les fleurs. 8 h 20 Sublime petit déjeuner dans los angeles gentilhommière de Didier Vergnaud et de Marie-Laure Picot, une ancienne tannerie qui utilisait l’eau de l. a. Dronne ; je ne supposerai qu’elle polluait cette huge rivière. Références idéales : los angeles guerre, les privations, los angeles grande salle d’une ferme, longue desk rustique, bol de café au lait tiré de los angeles vache dans l. a. tiédeur animale de los angeles pièce voisine, los angeles motte de beurre où agit librement un grand couteau. 8 h 48 Au prime étage, los angeles fenêtre de ma chambre domine los angeles Dronne. Cézanne ! Le Lac d’Annecy ! Entre deux hauts arbres, l’eau aircraft présente des arbres cézanniens inversés dans l’onde natural. GROS TRAVAIL VIDÉO DE 9 H A 12 H 20 12H 24 Je pénètre dans l. a. salle de bains du 1er étage, fraîche dans ce jour semi-caniculaire. Son odeur de salle de bains d’un can pay chaud me renvoie peut-être à l’hôtel L’Arbois de Marseille. 13 h-14 h Merveilleux déjeuner à Penot (hameau d’Azrac) au bord de l’Isle dont l. a. largeur avant une cascade évoque le partage des eaux près de L’Isle-sur-la-Sorgue. 14 h 20 Reprise du travail vidéo. 18 h 05 Fin de l. a. journée de travail. Pendant 7 heures, je n’ai pas quitté un fauteuil placé face à l. a. caméra. De 17h35 à 18h, j’ai effectué en direct 3 collages en puisant dans le Marie-Claire maison de mars 2013. 19h J’ai pris un bain dans l’odeur exotique non dissipée. Ai éliminé, sans noircir l’eau, le suint qui empâtait mon cuir chevelu. Séché, habillé de frais, j’ai éprouvé le bonheur corporel de l. a. tâche accomplie, assimilée à un fit de soccer où à deux units vainqueurs à Roland-Garros : j’ai connu cet honneur en juin 1951, championnat cadets de Paris-Île-de-France.

Rated 4.68 of 5 – based on 34 votes